Un Noël «Vert» avec l’Association Française du Sapin de Noël naturel

Posted in Services à la personne | Posted on 12-02-2013

Tagged Under : , , , , , , , , ,

Véritable instant de bonheur, Noël est un moment magique et chaleureux pour les petits et les grands. Cette fête traditionnelle nous enveloppe d’une atmosphère unique et représente l’occasion parfaite de se retrouver en famille et de partager avec les personnes qui nous sont chères. Symbolique, la présence de l’arbre de Noël dans la maison contribue à l’ambiance féerique de la fête mais suscite cependant quelques interrogations. Comment faire perdurer la tradition tout en respectant la planète ? Doit-on choisir un arbre naturel ou artificiel ? Quel est le sapin le plus respectueux de l’environnement ?

Pour répondre à ces questions, l’Association Française du Sapin de Noël Naturel (AFSNN*) souhaite rappeler que les sapins commercialisés sur le marché français en décembre ne sont pas coupés dans les forêts mais qu’ils sont un vrai produit de culture et sont issus d’une production agricole raisonnée et contrôlée.

Le sapin de Noël naturel représente le choix le plus judicieux pour un Noël respectueux de la planète. En 2011, les foyers français ont été 22,9 % à faire l’acquisition d’un sapin, parmi lesquels 19,3 % ont fait le choix du naturel contre 3,6 % pour l’artificiel (d’après l’étude TNS SOFRES – Décembre 2011).

*Association qui regroupe 93 producteurs.

Une agriculture spécifique pour Noël

Contrairement à certaines idées reçues, les sapins de Noël commercialisés à l’occasion des fêtes de fin d’année sont issus d’une production agricole raisonnée. Cultivé en France sur une superficie estimée à plus de 5000 hectares, le sapin de Noël naturel est un produit agricole résultant d’un savoir-faire professionnel. Pour les producteurs, la culture d’un sapin débute par la sélection en pépinières de jeunes plants âgés de 4 ans. Une fois replanté en terre, un sapin requiert 5 à 10 années de culture, selon sa variété, pour atteindre une taille suffisante et pouvoir être commercialisé.

Chaque année à partir de la mi-novembre, les sapins de Noël arrivés à maturité sont coupés, mis sous filet puis palettisés pour rejoindre les fleuristes, les jardineries, les grandes surfaces, les marchés… Pour mener à bien cette logistique ultra-saisonnière, les 1000 emplois permanents sont rejoints par 5000 saisonniers pour accomplir cette mission dans les meilleurs délais. Sur le plan économique et social, la culture du sapin de Noël concourt au développement de l’emploi dans certaines régions défavorisées.

Un impact positif sur l’environnement

Perpétuer la tradition de Noël autour d’un sapin tout en respectant l’environnement est possible en choisissant un arbre naturel. En optant pour un sapin de variété française, les ménages feront un geste « vert » et positif pour la planète.

À l’inverse du sapin artificiel qui requiert des produits d’origine pétrolière lors de sa fabrication, la culture du sapin de Noël a des effets positifs sur l’environnement :

Limiter les gaz à effets de serre. Au cours de leur croissance, les sapins absorbent du dioxyde de carbone (CO2) pour le transformer en bois et en oxygène. En réduisant le CO2 dans l’atmosphère, ils limitent les gaz à effets de serre et favorisent le filtrage de l’air.

Offrir un recyclage écologique. 100 % biodégradable, le sapin peut être transformé en copeaux de bois ou composté après les fêtes.

Améliorer la stabilité des sols. Grâce à son système racinaire, il réduit les risques d’inondations liées à l’érosion et les ruissellements lors des pluies estivales.

Un circuit de distribution court pour un meilleur bilan carbone

Le transport du sapin de Noël joue un rôle primordial sur son impact sur l’environnement. Pour mieux respecter la nature, il est important de privilégier un sapin produit localement, qui voyage peu.

L’AFSNN : une association engagée

Face à une concurrence qui s’intensifie au fil des années, les 93 membres de l’AFSNN sont mobilisés sur différentes missions :

Promouvoir un savoir-faire français.

Valoriser la provenance des sapins à l’aide de marques régionales.

Lutter contre toute forme de commerce déloyal (plantations sauvages, ventes à la sauvette…) et faire appliquer la réglementation fiscale.

Communiquer auprès du grand public sur les répercussions positives de la culture du sapin sur l’environnement.

Rappeler que la profession crée des emplois dans des régions défavorisées.

Garantir aux consommateurs comme aux professionnels une totale transparence sur la qualité, la taille et la variété des sapins à l’aide d’un marquage couleur normalisé.

Améliorer la qualité et les services proposés autour de la vente des sapins (offre diversifiée, vente sur internet…).

En tant que membre de l’AFSNN, chaque producteur s’engage à respecter la charte de qualité définie par l’association et la réglementation en vigueur, à opter pour des méthodes de culture respectueuses de l’environnement, et à adopter le marquage couleur normalisé permettant d’identifier la taille des sapins.

A chacun son sapin

Pour combler toutes les attentes et correspondre à tous les budgets, les producteurs français de sapins s’engagent à offrir un très large choix de sapins pour les fêtes de fin d’année. Variétés, tailles, présentations,… il est possible de trouver le sapin idéal parmi l’offre proposée. Bien que deux variétés, l’Epicéa et le Nordmann, prédominent sur le marché, différentes espèces de conifères affichent également des qualités intéressantes.

LE NORDMANN : Le majestueux
Apprécié pour ses aiguilles brillantes, souples et douces, le Nordmann se distingue par sa silhouette harmonieuse. Ce sapin à pousse lente atteint en moyenne 2 mètres au bout de 10 à 12 années de culture. C’est le sapin le plus apprécié des Français (69,1 % des parts de marché en 2011).

L’ÉPICÉA : La tradition
L’Épicéa se caractérise par sa bonne odeur de résine. Doté de fines aiguilles, il présente une forme conique et généralement touffue. Sa silhouette équilibrée, de la base à la cime, participe à une décoration soignée. Sa pousse est la plus rapide des sapins de Noël : il nécessite 8 ans de culture pour atteindre une taille de 2 mètres.

LE PUNGENS : Le sapin bleu
Plus connu sous le nom de sapin bleu, le Pungens est un sapin original et décoratif. Il se distingue des autres sapins grâce à ses aiguilles bleutées, épaisses et piquantes. Sa pousse est lente : il atteint 10 mètres au bout de 10 années de culture. Sélectionné pour son agréable senteur, le Pungens ne perd pas ses aiguilles avant plusieurs semaines.

L’OMORIKA : L’élégance
Son port lancé et ses aiguilles vert foncé au revers argenté lui valent une élégance particulière. Sa forme effilée nécessite des tailles successives pour qu’il puisse atteindre la silhouette conique tant appréciée. Une fois paré de ses décorations, l’Omorika participe à un décor raffiné.

LE NOBILIS : Résistant et odorant
Distingué, le Nobilis est un sapin pourvu d’aiguilles légèrement bleutées et douces au toucher. Il s’agit d’un arbre à pousse lente qui, une fois coupé, conserve longtemps son bel aspect. Quant à son parfum boisé, il participe à recréer une atmosphère unique dans la maison.

Les différentes présentations :

Coupés : fixés sur des bûches, rondelles ou des croisillons, les sapins coupés s’installent simplement dans la maison.

En pot : ce conditionnement indique que les sapins ont été bêchés puis mis dans un pot avec leurs racines et leur motte de terre. Ces sapins peuvent éventuellement être replantés dans un jardin.

En conteneur : plantés et cultivés dans un conteneur pour conserver leurs racines intactes, ils présentent l’avantage de pouvoir être replantés en terre dans les meilleures conditions.

Offrir une seconde vie à son sapin

Les particuliers qui souhaitent replanter leur sapin après les fêtes doivent opter pour un arbre cultivé en conteneur, conditionné en pot ou en motte, qui conserve les racines intactes. Ainsi, il pourra entamer une seconde vie avec un maximum de chances de reprise. Cependant, certaines précautions doivent être prises lors de son installation dans la maison et lors de sa replantation.

Dans la maison :
– ne pas l’installer dans une pièce chauffée à plus de 17 °C (véranda, jardin d’hiver),
– éviter toute source de chaleur (radiateur, cheminée),
– prévoir un pied de sapin avec réserve d’eau
– brumiser ses aiguilles pour éviter leur dessèchement,
– le placer dans une pièce non chauffée quelques jours avant de le replanter.

Le jour de sa replantation, il est important de veiller à :
– éviter un jour où il gèle,
– imbiber la motte du sapin durant ¼ d’heure,
– ajouter un peu de terreau et de terre de bruyère dans le trou préalablement réalisé,
– arroser copieusement à la base du sapin.

Pour ceux qui n’ont pas la chance de posséder une parcelle de terrain, il leur reste la possibilité de transformer leur sapin en compost ou en bois de chauffage, après l’avoir fait sécher.

Le marché du sapin de Noël toujours au sommet

D’après l’étude réalisée par TNS SOFRES* en décembre dernier, le marché du sapin de Noël naturel enregistre, en 2011, un chiffre d’affaires de 137 millions d’euros (+ 11 % par rapport à 2010). Ainsi, 5,5 millions de sapins naturels ont été achetés en 2011 à un prix moyen de 24,70 euros l’unité.

Un fort engouement pour le sapin de Noël naturel

Les français continuent de marquer leur préférence pour le sapin naturel. Les foyers français ont été 22,9 % à faire l’acquisition d’un sapin, parmi lesquels 19,3 % ont fait le choix du naturel contre 3,6 % pour l’artificiel. Le marché du sapin naturel conserve donc un potentiel de développement important.

Le sapin artificiel perd quant à lui du terrain. En effet, l’arbre en plastique représente seulement 15,4 % des ventes de sapins en volume contre 84,6 % pour le naturel.

Sur le marché du sapin naturel, deux variétés se répartissent le gros des ventes :
– Le Nordmann, qui continue sa progression à la fois en volume et en valeur. Il représente 69,1 % de parts de marché et a été vendu à un prix moyen de 27,90 euros.
– L’Epicéa totalise 27,7 % de parts de marché et a été vendu à un prix moyen de 16,70 euros.

Présentation

La préférence des français pour les sapins naturels coupés est, une fois de plus, confirmée en 2011. En effet, 89,1 % des sapins ont été achetés coupés et 10,9 % ont été achetés en pot ou en motte. Le taux de sapins en pot tend à diminuer : 7,2 % en 2011 contre 8,1 % en 2010. Cette baisse concerne plus principalement les épicéas davantage achetés coupés cette année.

Période d’achat

En 2011, l’achat du sapin de Noël a été davantage anticipé : 56,5 % achetés entre le 1er et le 15 décembre – contre 56,2 % en 2010.

*Etude réalisée à partir du panel TNS SOFRES auprès de 6 000 foyers représentatifs de la population française pour FranceAgriMer et Val’hor.

L’AFSNN partenaire d’Handicap International
En 2012, l’Association Française du Sapin de Noël Naturel est partenaire du Sac à Sapin d’Handicap International.

Comments are closed.

Partenaires